Sainte Apolline d'Alexandrie

XVIIIe siècle

Apolline (ou Apollonie) a été martyrisée à Alexandrie, en 249, sous le règne de l'empereur Dèce.

Son martyre a été relaté par Denys, qui était évêque d'Alexandrie lors de cette persécution. On a donc un témoignage de première main. Denys raconte, dans la lettre qu'il écrit à son collègue Fabien, évêque d'Antioche, qu'Apolline était une sainte femme, déjà d'un certain âge, à qui les persécuteurs arrachèrent toutes les dents avec une tenaille; devant son obstination et son refus d'abjurer sa foi, ils préparèrent un bûcher et la menacèrent de l'y précipiter, mais Apolline devança ses bourreaux et se jeta d'elle-même dans le brasier.

Parfois représentée en princesse avec une couronne, et avec la palme des martyres, l'attribut principal d'Apolline reste la paire de tenailles (ici avec une molaire...).
Sur notre statue, la sainte porte dans sa main gauche une bûche enflammée, qui rappelle sa fin funeste; cette représentation est rare dans l'iconographie de la sainte.

Apolline est, on l'aura deviné, la sainte patronne des dentistes et de leurs patients.

Sainte Apolline d'Alexandrie, vierge et martyre
Tilleul sculpté et peint (polychromie d'origine)
XVIIIe siècle
Pinces recollées anciennement
Quelques éclats à la peinture
Hauteur: 70 cm
 

À voir aussi